Achats intellectuels des grands groupes : une autarcie menaçante



Lundi 13 Janvier 2014

Avec la crise, les grands Groupes français souhaitent toujours faire plus d’économies pour détenir plusieurs cordes de rappel dans un avenir incertain. Et les achats des prestations intellectuelles se ferment au détriment de milliers d’emplois.


Achats intellectuels des grands groupes : une autarcie menaçante
Avenir flou

Des promesses qui ne se concrétisent pas, des problèmes à la pelle et donc des économies à faire. Voilà aujourd’hui le ressenti des grandes entreprises françaises en cette nouvelle année. Pour la plupart, l’année 2013 s’est plutôt très bien terminée en termes d’activité, mais avec les aléas, un cataclysme économique potentiel, la posture de sécurité semble évidente à tenir.
Alors, de manière tout à fait réflexive, l’agrandissement n’est pas de rigueur. La vision est plutôt de sortir son épingle du jeu et d’éviter tout plan social ou encore la fermeture. C’est une situation inédite lorsque les résultats sont présents en fin d’année, et plutôt prometteurs de manière générale. Sauf qu’aucun engagement n’est véritablement pris avec les clients, et donc l’avenir se joue à très court terme. Pourtant, rien de quoi vraiment s’alarmer pour les grands Groupes, qui bénéficient d’une trésorerie confortable. Cette crise de pessimisme a pour première action de mettre la main sur le cash out, et donc à « visser » les achats.

Prestations intellectuelles visées

Comme plan d’action pour répondre à une situation de crise potentielle, les achats des grands Groupes ont le réflexe de couper en premier lieu les fournisseurs pas ou mal référencés qui sont avant tout des PME, TPE ou indépendants. Et dans cette population de petites entreprises, les spécialistes des prestations intellectuelles sont principalement visés. Il s’agit des entreprises de conseil, des coachs, des entreprises de communication ou encore de formateurs indépendants.
Cette activité est donc palliée en interne. Les conseils s’ils existent se font à travers un management transversal interne. C’est le cas de la branche Renault Consulting qui intervient pour l’ensemble du Groupe Renault.
 
Deals exclusifs entre grandes entreprises

Les acheteurs de grandes entreprises pour les prestations intellectuelles dorénavant qu’à des fournisseurs de conseil de taille similaire. Par exemple, pour l’ingénierie, l’appel s’effectue avec de grands acteurs comme Altran, Cap Gemini ou Steria,… Pour la stratégie, les grands Groupes font appel à de grands cabinets comme le BCG, Mc Kinsey, Bain&co,… Et les indépendants ne sont plus dans la boucle des appels d’offres.
Le marché de la prestation intellectuelle évolue. C’est le cas de Savecode SAS, une entreprise spécialisée dans le monde du web et du cloud et menée par le brillant Christophe Meunier-Jacob, dont l’expérience riche témoigne d’une expertise web et télécom hors du commun. Ce dernier déclare « nous travaillons aujourd’hui de manière quasi exclusive en sous-traitance pour de grands Groupes qui agissent pour de grands Groupes ».
Il est donc commun aujourd’hui de trouver des indépendants sous-traités à de Sociétés de services intellectuels pour des prestations à destination de grandes entreprises. Sauf, que le coût est plus élevé compte-tenu des intermédiaires supplémentaires. Alors, paradoxalement, ce qui semble être une économie s’avère un coût supplémentaire pour l’entreprise qui utilise de la prestation intellectuelle.

Notez




News les plus populaires