Agriculture et démographie : regards croisés



Cafeine Le Mag
Jeudi 8 Novembre 2012

Alors que les chiffres du recensement agricole tombaient fin 2011, François Purseigle, chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences Po-Paris revient sur les enjeux démographiques du monde agricole.


Agriculture et démographie : regards croisés

Les agriculteurs disparaissent

Sans grande surprise, le dernier recensement agricole confirme l'effacement démographique du monde agricole. La France, bien que dynamique sur le secteur, voit son nombre d'agriculteurs diminuer chaque année et ce ne sont pas moins de 4,5 millions d'actifs qui ont disparu au cours du XXe siècle.
Les agriculteurs ne représentent aujourd'hui plus qu'une minorité de la population française, sans compter que les profils de ces derniers ne sont également plus ceux d’autrefois. Cet effacement démographique est donc issu de nouvelles tendances, et donne matière à réflexion sur les politiques agricoles, qui ne devraient désormais plus se focaliser uniquement sur la performance.
En effet, c'est un véritable enjeu démographique qui émerge, de par les problèmes de cohésion entre les intervenants traditionnels et industriels, mais également du fait que l'expansion des villes jusqu’aux abords des terres agricoles laisse place à de nouveaux modes de production, mettant à l’écart les exploitations familiales.

Les agriculteurs minoritaires dans les campagnes

Outre le fait de confirmer un recul inexorable de la démographie agricole, les résultats du recensement agricole témoignent d'une autre réalité : les agriculteurs sont également minoritaires dans les campagnes.
Cette nouvelle situation révèle une extension urbaine qui a déjà gagné trop de terrain dans les campagnes. En effet, l'exode rural avait autrefois laissé de grands espaces voués à devenir des terres agricoles. Mais ces terres sont aujourd'hui reconquises par un exode urbain amenant dans ses vagues de nouveaux habitants, leur culture et leur politique, au détriment d'un environnement qui n'est plus agricole.
Voilà donc une vérité qui ressort également des chiffres du recensement, et dont il convient de tenir compte, car au-delà d’une urbanisation illimitée, l'exclusion sociale des agriculteurs au niveau local se fait de plus en plus sentir.

Le métier d'agriculteur en péril?

L'urbanisation avec ses effets néfastes sur la population d'agriculteurs n'est pas le seul facteur qui participe à l'effacement démographique agricole. En effet, le recensement fait également ressortir le vieillissement et la réduction des composantes familiales agricoles. Autrement dit, le métier d’agriculteur qui se transmettait de père en fils est voué à disparaitre.
Pourtant, le métier d'agriculteur reste très demandé, mais on assiste à l’apparition de nouveaux types d'agriculteurs. En effet, les exploitations sont aujourd'hui en grande partie gérées par un dirigeant et des salariés, ce qui n'a plus rien à voir avec le modèle de l'exploitation familiale d’antan.
De plus, ce nouveau mode de production est alimenté par un accès au foncier, devenu de plus en plus difficile pour les exploitations familiales, qui ont pourtant besoin d’étendre leur installation. De gros efforts devraient donc être fournis en termes de politique agricole, notamment via des aides, pour conserver le visage de l’agriculture française. Si elle reste aujourd’hui encore dynamique et performante, l’agriculture française n’a plus le même visage.

Notez




News les plus populaires