Apple, Samsung, Microsoft et d'autres acteurs du marché des smartphones s'engagent sur les systèmes antivol



Jeudi 17 Avril 2014

De nombreux industriels du secteur des terminaux mobiles, réunis au sein de l'association américaine CTIA-Wireless, viennent de signer un engagement à mettre en oeuvre des systèmes antivol sur leurs futurs matériels.


Un premier déploiement aux Etats-Unis et en Corée du Sud

Le premier engagement concerne le territoire américain où les grands acteurs du smartphone vont proposer un dispositif "kill switch" sur tous leurs appareils à partir de juillet 2015. Il consistera en la possibilité d'effacer ses données et d'inactiver son smartphone à distance. Si l'appareil est retrouvé, il restera possible de restaurer les données et les réglages d'origine, mais avec l'accord du propriétaire et l'aide des opérateurs mobiles.

De son côté, après avoir fait la constatation que plus d'un million de smartphones avaient été volés en 2013 dans son pays, le ministère sud-coréen de l'Industrie et des Technologies a également annoncé la mise en place obligatoire du dispositif kill switch.

Pas de solution commune

Pour éviter que des solutions de contournement de la technologie antivol ne soient trouvées et mises en oeuvre facilement, les industriels ont décidé de ne pas mettre en commun leurs systèmes kill switch. La CTIA indique en effet qu'il est important que différentes technologies soient utilisées pour éviter la création dune "trap door" par des hackers.

Explosion des vols

Que ce soit aux Etats-Unis, en Europe ou dans certains pays d'Asie, les vols de smartphones ou de tablettes avec violence sont en augmentation. Un récent reportage en caméra caché diffusé par la BBC montre un marché noir en plein développement, où les voleurs vendent très facilement les smartphones dans des boutiques ayant pignon sur rue, lesquelles les revendent aussi facilement.

En France, et plus particulièrement à Paris, les vols de smartphones constituent la majorité des vols commis avec violence. Rappelons qu'une victime de vol peut faire bloquer immédiatement la carte SIM de son téléphone par son opérateur mais également le téléphone lui-même via le code IMEI, grâce à la transmission par les services de police de la déclaration de vol à l'opérateur. Il est donc indispensable de toujours disposer de son numéro IMEI afin de pouvoir le communiquer lors du dépôt de plainte aux policiers. Trois moyens existent pour connaître son numéro : au dos du mobile, sous la batterie ; sur le carton d'emballage du téléphone ; en l'affichant directement sur l'appareil en composant *#06# sur le clavier.
Apple, Samsung, Microsoft et d'autres acteurs du marché des smartphones s'engagent sur les systèmes antivol

Notez




News les plus populaires