Ciel, ma maison dans le ciel !



Mercredi 11 Juin 2014

Appartement dans les airs, immeuble flottant… Il n’y a plus de place en ville pour de nouvelles constructions, qu’à cela ne tienne ! Les membres du collectif Soon Soon Soon, détecteurs d’innovations ont trouvé des solutions... perchées.


Au-dessus de Pékin, le Light Park Floating Skyscraper
Au-dessus de Pékin, le Light Park Floating Skyscraper
En ville, le nerf de la guerre est l’espace, et la place dont on manque cruellement. Cette réalité va s’accentuer jusqu’à poser de sérieux problèmes d'habitation. Heureusement des architectes turbinent à fond sur le sujet. Ils font preuve d’une grande inspiration pour imaginer et proposer des solutions. Surtout, ils se focalisent sur le… ciel, parce que là, on a tout l’espace que l’on veut. Soon Soon Soon, qui se décrit comme « une équipe dédiée à la détection d’innovations » et englobe un magazine, une communauté et un laboratoire, a repéré trois concepts d’habitat dans les airs.

Il y a d’abord le gratte-ciel volant, œuvre du duo d’architectes chinois Ting Xu et Yiming. Ils ont trouvé la façon de remédier à la sur urbanisation de Pékin. Leur Light Park Floating Skyscraper, un gratte-ciel flottant qui plane au-dessus de la ville, a en effet remporté l’année dernière, la 3ème place du eVolo Skyscraper Competion. Light Park évolue au-dessus de la cité, comme un gigantesque dirigeable. Il se maintient dans les airs avec des ballons à l’hélium XXL, et à l’énergie solaire. L’histoire ne dit pas comment on y accède…

En Italie, le concept est peut-être un peu moins perché, mais a le mérite d’exister. Alors qu’une portion d’autoroute a été fermée, un appel d’offre a été lancé afin de réhabiliter les viaducs et tunnels se trouvant sur place. C’est l’agence Oxo Architecture qui a remporté la compétition. Son projet : créer des habitations dans le pied des ponts, qui seront dominées par une voie piétonne, les tunnels faisant office de parkings. On dit que la vue sur les montagnes est à couper le souffle.

Aux États-Unis, l’ingénieur Jonathan Trappe est à l’origine d’un concept… gonflé. Soit un canot, qui, on l’espère, pourra prochainement être remplacé par une petite cabane, et suspendu à 365 ballons remplis d’hélium, pouvant voler jusqu’à une altitude de 7 600 mètres. C’est plus compliqué pour tous les jours – imaginez habiter l’Everest – mais qu’à cela ne tienne, l’idée mérite d’être creusée.

Notez