Des hélicoptères aux détails inspirés par les animaux



Mardi 2 Février 2016

C’est en puisant dans le monde des animaux qu’Airbus entend peaufiner ses hélicos.


Pour la science et les technologies, les animaux et la nature représentent une source d’inspiration sans limites. C’est ce qu’on appelle la bio-inspiration, ou l’art d’imiter la nature. Airbus Helicopters, (ex Eurocopter Group), n’est pas en reste. La division hélicoptère du groupe Airbus, finance en effet un laboratoire de recherche spécialisé dans ce domaine de bio-inspiration. Situé à Marseille, les ingénieurs de ce laboratoire de prospective, vont étudier les animaux et la nature, afin d’améliorer les performances des hélicoptères conçus par Airbus.
 
C’est l’idée d’Airbus Helicopters. Pour l’occasion, la division hélicoptère du groupe, a mis en place un partenariat avec l’IUT Aix-Marseille. Le but ? Fonder « une chaire de recherche dédiée à la « conception mécanique bio-inspirée ». « Le groupe », rapporte 20minutes.fr, « investira 500 000 euros sur cinq ans dans ce laboratoire de recherche prospective » et exploratoire. Ce dernier est dirigé par Jean-Marc Linares et Jean-Michel Sprauel, professeurs à l’université Aix-Marseille. Sous leur houlette, est rassemblée « une dizaine de chercheurs et d’ingénieurs à Aix-en-Provence. » Ainsi, l’échange de savoirs et de compétences fonctionne à plein.
 
L’apport financier d’Airbus, quant à lui, va permettre aux chercheurs de travailler avec des « appareils de pointe comme une machine à mesurer tridimensionnelle optique, une caméra thermique ou encore une imprimante 3D en céramique. » Dans cette chaire de recherche spécialisée en bio-inspiration, les articulations des animaux (vivants ou leurs squelettes), comme celles du mouton, seront particulièrement étudiées. Elles pourraient servir à « créer de nouvelles pièces mécaniques qui s’ajouteront ou compléteront un rotor, une pâle, une turbine », selon 20minutes. Ainsi, la bio-inspiration prend tout son sens : les articulations des animaux permettent de créer de nouvelles « liaisons locomoteurs » mécaniques qui ne s’useront pas prématurément, à l’image de ce qui se passe dans la nature. » Ça, ça s’appelle des travaux pratiques.

Notez




News les plus populaires