Entreprises tricolores : chiffre record à l’export



Lundi 8 Février 2016

En 2015, et contre toute attente, les entreprises « Made in France » ont fait fort à l’export.


« Made in France, euros et Europe. » La Trinité ? Presque. En tout cas, les entreprises Made in France, ont vu leurs résultats à l’export s’envoler en 2015. En effet, « les ventes hors des frontières nationales ont progressé de 4,3 % en valeur par rapport à l’année précédente », selon les Douanes. Ainsi, rapporte le site de 20minutes.fr, « les PME et groupes tricolores ont vendu pour plus de 455 milliards d’euros de marchandises à l’international. » Un chiffre sans précédent. Même le record de 2012 qui s’élevait à 442 milliards d’euros est battu. « Les exportateurs français ont capté près de 19 milliards d’euros supplémentaires sur les marchés extérieurs en 2015 », explique Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture du groupe Xerfi.
 
Baisse de la valeur de l’euro face au dollar, marché européen, valeur ajoutée du Made in France… Trois facteurs sont responsables de ces bons résultats. L’euro moins cher a en effet bénéficié aux exportateurs français, notamment hors de l’Europe (+ 7,4 %  selon les Douanes). La baisse de l’euro a aussi boosté les exportations françaises au sein de l’Europe, (+ 2,2 % en 2015.) Ainsi, souligne Alexandre Mirlicourtois : « la demande des émergents s’est essoufflée alors que celle des pays du Sud de l’Europe et principalement de l'Espagne, mais aussi de l’Allemagne et du Royaume-Uni est repartie à la hausse (...) Longtemps considérée comme le talon d’Achille du commerce extérieur, la concentration des exportations sur le vieux continent protège aujourd’hui les industriels français du retournement des marchés émergents et de leurs conséquences en cascade. »

Enfin, le Made in France a le vent en poupe. « Moins chère, grâce à la baisse de la valeur de l’euro, l’offre Made in France est redevenue compétitive et a séduit de par sa technicité et sa réputation », précise l’expert. Le luxe bien sûr, mais aussi les « matériels aéronautiques et d’automobiles » et les biens d’équipement ont cartonné. On peut ajouter les exportations de produits agroalimentaires, y compris les boissons, champagne, Cognac et vins (+2,9 % en 2015). « La France a gagné des parts de marché à l’export en 2015 et il y a bien longtemps que cela n’était pas arrivé », conclu Alexandre Mirlicourtois. Cocorico donc.
 
 

Notez