Fiat délaisserait il les pâtes pour les hamburgers ?



Lundi 10 Février 2014

L’italien Fiat s’allie avec l’américain Chrysler. La nouvelle région sociale se nomme Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Les ingénieurs partent du Groupe en masse, ne sachant pas si l’avenir en Italie est porteur pour Fiat. Sa part de marché ne représente plus que 7% dans son pays d’origine.


Fiat délaisserait il les pâtes pour les hamburgers ?
Marché automobile Européen déprimé

La Fabbrica Italiana Automobili Torino (FIAT) a plusieurs fois été confrontée à des rumeurs d’enterrement prématuré, et pourtant, après cinq plans successifs de recentrage, le constructeur est bien encore vivant.

Le Groupe italien ne détient plus que 6% de parts de marché en Europe. Le Groupe s’est vu rogner plus de 4 points de part de marché en presque quinze ans. En 2013, Fiat a perdu 470 millions d’euros, malgré des produits phares comme la Fiat 500 nouvelle collection, qui vient concurrencer directement les petites citadines BCBG comme la mini.
La crise du marché automobile européen pousse les consrtructeurs à se transformer. Certains misent sur la technologie de propulsion qui réponde aux normes environnementales et à la transition énergétique. D’autres vont exporter les modèles dans des pays émergents, comme Renault-Nissan.

A la pointe des partenariats

Renault-Nissan et Fiat ont un bon point commun : les partenariats. Renault les a cultivés avec Mercedes et General Motors pour les plus originaux. Fiat a fait des armes durables avec Peugeot.
Alors, Fiat n’est pas un débutant, et c’est avec plus d’un tour dans son sac qu’il avait déjà cultivé le terreau fertile depuis 2009 avec Chrysler. Ce dernier était le 3e constructeur américain, en très grande difficulté : faillite.
Le dirigeant de Fiat a donc anticipé le retour à la croissance du marché américain. Et il a vu juste, puisque les pertes de Fiat en 2013 en Europe sont couvertes par les 2,2 milliards d’euros de bénéfice de Chrysler sur son territoire.
Et pour optimiser l’équation, Fiat a osé un montage compliqué du point de vue partenarial. Le siège fiscal de FCA sera domicilié au Royaume Uni, ce qui permettra d’attirer très facilement les investissements américains. Le siège social sera quant à lui localisé aux Pays Bas, comme celui de Renault-Nissan, pour des raisons financières, tout simplement…

Made in Italy ou conçu en Italie ?

Tout porterait à croire que Fiat ne va bientôt plus être italien. Renault semble toujours français, avec des yeux bridés pour certaines fonctions, même si son siège est domicilié aux Pays-Bas. Le Technocentre qui conçoit les véhicules du Groupe, dans l’Ouest de Paris permet de revendiquer une conception française.

C’est un peu équivalent pour Fiat, qui compte penser et produire en Italie une nouvelle gamme de véhicules des marques Jeep, Maserati et Alfa Romeo. En deux années, le constructeur souhaite quintupler ses ventes en Europe avec un point d’atterrissage à 300 000 unités.

Les usines de l’Italie du Nord en ont bien besoin, puisqu’elles tournent aujourd’hui en moyenne au cinquième de leur capacité avec des salariés au chômage partiel. Même si la pression avec les syndicats par la menace du retrait total de la production de l’Italie a permis de faire accepter ces conditions de travail précaires, il n’est pas certain que Fiat continue de produire dans son propre pays, tout juste de concevoir avec le charme et le savoir-faire italien…

Notez




News les plus populaires