La Philarmonie tant attendue



Valérie Dumas
Jeudi 19 Juin 2014

Nouvelle salle de spectacle dédiée au répertoire symphonique, la Philarmonie de Paris ouvrira ses portes le 14 janvier 2015 au Parc de la Villette et à deux pas du Zénith.


La construction de cette nouvelle salle ne fut pas sans heurts. Plusieurs conflits internes autour de dérapages budgétaires ont contraint les responsables de ce projet à interrompre les travaux pendant plusieurs mois et aujourd'hui le bâtiment est évalué à 381 millions d'euros (au lieu des 204 millions prévus initialement)... sans compter les 18 millions d'euros annuels minimum nécessaires à son fonctionnement.

Le Centre Pompidou de la musique

Pour autant, ses architectes Jean Nouvel et Brigitte Metra parient que ces mauvais souvenirs seront vite gommés tant leur « Centre Pompidou de la musique » sera vite intégré à la vie culturelle parisienne, voire nationale et internationale, avec ses 2 400 places. Il faut dire que Paris n'abritait pas, jusqu'à présent, de salle véritablement dédiée à la symphonie. La salle Pleyel, siège de l'Orchestre de Paris, même rénovée n'est pas perçue comme telle par les meilleurs chefs d'orchestre au plan international.
 
La Philarmonie servira également de salle de répétition haut de gamme à plusieurs orchestres comme l'Orchestre de Paris ou l'Ensemble Intercontemporain (6 salles de ce type sont prévues). Les orchestres étrangers pourront y être également invités et y développer leur programmation.

Une salle circulaire "en vignoble"

Côté aménagement, les architectes ont privilégié le confort acoustique et le sentiment d'intimité. En créant une salle circulaire "en vignoble", à l'image de la Philarmonie de Berlin, ils ont voulu faire en sorte qu'un spectateur ne soit jamais placé à plus de 32 mètres du chef d'orchestre. Des balcons suspendus ajoutent un petit côté vertigineux à l'ambiance.
 
La salle sera polyvalente et pourra également être facilement réaménagée pour accueillir des concerts de jazz ou de musique du monde grâce aux fauteuils du parterre escamotables. On passera alors de 2 400 à 3 500 spectateurs.
 
Reste que cette salle, même largement subventionnée, doit générer un minimum de revenus. Or, si l'on se réfère aux dernières enquêtes sur les pratiques culturelles des Français, la musique classique n'attire plus du tout les jeunes générations. L'âge moyen des adeptes du genre est désormais de 60 ans, alors qu'il était de 36 ans en 1973. Selon une étude réalisée par Stéphane Dorin, chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne, « les jeunes ne se tournent pas, sauf exception, vers le classique, et les 40-60 ans conservent les habitudes culturelles de leurs 30 ans ». D'autre part, à Paris « le public est particulièrement bourgeois et restreint socialement » et ne se déplace pas volontiers à la périphérie de Paris.
 
Espérons que des tarifs avantageux et une programmation variée permettent aux jeunes de fréquenter cette salle tant attendue.
La Philarmonie tant attendue

Notez




News les plus populaires