La psychologie du trader



Cafeine Le Mag
Lundi 10 Décembre 2012

Crises successives et marchés financiers en péril nous amènent à penser que les traders ne sont pas étrangers au phénomène de yo-yo auquel toutes les bourses sont soumises. Les fluctuations atteignent depuis quelque temps une fréquence qui pose la question des compétences économiques des traders, mais aussi de leur capacité à rester rationnels.


La psychologie du trader
Les traders et l'économie

Le trading donne aujourd'hui l'impression que les décisions sont prises à court terme avec des indicateurs économiques qui portent sur le long terme. Des décisions qui reposent ainsi sur de l'intuition et un regard sur les réactions immédiates du marché. Pourtant, l'état d'une économie ne peut être analysé que sur les relations de cause à effet qu'elle engendre sur le long terme. Autrement dit, les traders prennent des décisions en analysant des variations de fonds qui indiquent les tendances d'un avenir très proche. En menant ainsi des analyses quotidiennes qui peuvent porter jusqu'à un trimestre et très rarement sur plus d'un an, les traders altèrent les allocations de ressources qui pourraient être plus efficientes si elles étaient mobilisées sur le long terme. En effet, une analyse à court terme sur les réactions du marché engendre des décisions qui portent aussi sur le court terme. L'économie réagissant à long terme, on ne saurait dire si ces décisions auront un impact positif ou négatif. Or, l'économie influe directement sur les marchés financiers, raison pour laquelle élargir le spectre temporel des analyses avant de prendre des décisions demeure un facteur important. Mais ce dernier continue de passer au second plan pour une raison plutôt inquiétante ;  l'irrationalité des traders face à l'adrénaline de leur profession.

Trader et joueurs accros, où est la différence ?

Il apparaît évident que les émotions fortes font partie du quotidien des traders. Ces derniers font en effet des opérations qui peuvent entraîner des gains pharaoniques, mais aussi des pertes colossales. Du témoignage d'un trader expérimenté, on en déduit que ce dernier tire son efficacité d'une canalisation de ses émotions. Il affirme qu'un bon trader est une personne qui sait garder son calme et donc prendre des décisions en toute logique. Des décisions qui ne se font donc pas sous le coup de la pulsion et qui restent rationnelles. Le jeu est vraisemblablement le mot approprié au travail du trader, car majorité d'entre eux misent gros pour gagner gros, mais au risque de tous perdre. Il existe néanmoins des méthodes de travail qui limitent les risques et donc les émotions sujettes à faire prendre de mauvaise décision. En pratiquant le scalping, les traders peuvent limiter leurs pertes à de très petits montants, car cette méthode consiste à s’imposer intentionnellement des plafonds de gains et pertes qui n'affectent pas le rapport émotif avec l’argent. Mais force est de constater que le travail de trader devient ainsi très ennuyeux, et que majorité de ces derniers même s’ils le réfutent, sont des joueurs accros à l'adrénaline dont l’objectif est de gagner la grosse cagnotte sans regarder les sommes qu’ils perdent. 

Notez