Le grand gaspi des e-déchets



Mardi 1 Septembre 2015

En Europe, Interpol dénonce la mauvaise gestion des e-déchets, quand il ne s’agit pas de trafic illégal.


Déjà, il y a l’obsolescence programmée des objets. Ce qui déjà, est un scandale en soi. Mais il y a aussi tous ces e-déchets, autrement dit, tous les équipements électriques ou électroniques usés, provenant de particuliers ou d’entreprises et qui ne sont pas recyclés comme ils le devraient. En réalité, seulement 35% des e-déchets européens, soit 3,3 millions de tonnes, sont correctement recyclés. C’est ce qui ressort d’une étude dirigée par Interpol, l’organisation pour la coopération policière internationale et l’UNU, l'Université des Nations Unies : les e-déchets sont de plus en plus mal recyclés, détournés des circuits classiques bien identifiés.
 
Conséquence, dans certains cas, ce sont des organisations de « criminalité environnementale » qui s’emparent de ces rebus électroniques, pour en faire un commerce illégal. Contre les 3,3 millions de tonnes recyclées via des circuits classiques, 6,2 millions de tonnes s’évaporent pour ainsi dire dans la nature. Autrement dit, ces déchets sont « exportés, soit recyclés dans des conditions non conformes, soit simplement jeté dans des conteneurs à ordures », rapporte le site de 20 Minutes. Une réalité fustigée par l'UNU et Interpol.

Quand ils sont exportés, ce qui représente 1,3 million de tonnes, c’est en général de façon illégale et en dehors des frontières de l’Europe. Le reste, les 4,7 millions de tonnes sont « mal gérées ou font l'objet d'un commerce illégal », indique Interpol. Ce qui représente un manque à gagner compris entre 800 millions et 1,7 milliard d'euros pour les entreprises spécialisées dans le recyclage de ce type de déchets.
 
En même temps que le trafic illégal croît, le volume d’e-déchets, progresse également de manière exponentielle, créant des « dommages sociaux et environnementaux » explique à 20 Minutes, David Higgins, chargé de la sécurité environnementale à Interpol. Ces déchets représentent aujourd’hui, 41,8 millions de tonnes, ce qui est un record absolu et bien triste.
 

Notez