Le trafic Internet en zettaoctets



Mercredi 15 Juillet 2015

Le trafic Internet augmente de façon exponentielle et alimente tous les fantasmes d’engorgement. L’entreprise américaine Cisco s’est penchée sur les besoins du trafic d’ici 2019. Peu de chance qu’il ralentisse…


Le trafic Internet en zettaoctets
Question trafic, Internet ne cesse de grossir, de grossir. Certains prédisent sa saturation inexorable. D’autres sont plus optimistes. Dans tous les cas, dans quatre petites années, soit en 2019, le volume au niveau planétaire, du trafic Internet devrait avoisiner les 2 zettaoctets. Si on fait partie du commun des mortels et non de la planète geek, cela n’évoque pas grand chose. En revanche, cela équivaut à 2 000 milliards de gigaoctets. Et pas besoin d’êre un spécialiste en informatique pour comprendre que c’est énorme.

Énorme donc. Même, à titre de comparaison, cela revient, en un an, à l’intégralité du trafic enregistré sur les 20 années précédentes. Du coup, beaucoup de curseurs tendent vers le rouge. Ces chiffres proviennent d’une étude effectuée par la multinationale américaine Cisco, leader en terme de réseaux et de serveurs Internet. Surtout, Cisco prédit le triplement pur et simple des besoins du trafic d’ici 2019. Même si tout cela paraît virtuel, concrètement, 3, 9 milliards d’individus seront connectés (avec en leur possession, une moyenne de 3, 4 objets connectés), contre 2, 8 milliards en 2014.
 
Évidemment, la question que tout le monde se pose est de savoir si les infrastructures vont résister. Et ne pas imploser sous le volume d’informations. Pour Eric Greffier, directeur de l’expertise pour Cisco France, il s’agit d’être rassurant, rapporte le quotidien Libération : « les protocoles internet actuels sont suffisants pour couvrir les besoins des prochaines années. Il s’agira surtout d’augmenter la capacité du réseau. » Sur le sujet, on se renvoie la balle... A priori, cela relève des pouvoirs publics et des opérateurs. Ces derniers nuancent également : « la croissance des artères d’Internet est forte et constante depuis des années », explique à Libération, Nicolas Demassieux, directeur de la recherche chez Orange. Exemple : entre 2007 et 2013, le trafic Internet a grossi de 45%. La tendance n’est donc pas forcément à son ralentissement. Mais les infrastructures devraient tenir le choc.

Le trafic Internet en zettaoctets

Notez




News les plus populaires