Les progrès récents en imagerie médicale



Cafeine Le Mag
Jeudi 26 Janvier 2012

L’imagerie médicale est depuis quelque temps, sujette à de nombreuses innovations porteuses d’espoir. En plein essor, l’imagerie occupe une place importante dans le milieu médical et tend à être utilisée davantage dans les diagnostics et dans l’accompagnement des chirurgiens. Tour d’horizon des nouvelles technologies d’imagerie.


L’imagerie dans le diagnostic des tumeurs

Les progrès récents en imagerie médicale
Le développement des technologies se faisant essentiellement par des tests sur des cobayes animaux, l’imagerie se doit d’être miniaturisée pour que ces derniers puissent se faire. Ainsi, une avancée dans le domaine a pu être effectuée dans le diagnostic de tumeurs. Ce progrès permettant de visualiser des lésions avec une incroyable précision admet des diagnostics de tumeurs très petites. Jusqu’alors impossible à déceler par les technologies habituelles qui ne font pas la différence entre un kyste et une tumeur cancéreuse, cette technologie en imagerie est une révolution pour le monde médical. Conçue dans les laboratoires du centre d’imagerie du Petit Animal à Orléans, cette nouvelle technique utilise des photons lumineux qui après injection et exposition aux infrarouges, simulent une image précise des tissus et vaisseaux qui pourra être utilisée dans la détection du cancer du poumon, du côlon, du cerveau, du sein ou encore des ovaires.

L’imagerie dans la neuroscience

Une nouvelle découverte sur l’IRM fonctionnelle a récemment été faite par des équipes du CNRS et de l’Inserm. Cette découverte vise à améliorer les fonctions de la fMRI qui admet une vision en temps réel dans le domaine de la neuroscience. Avec l’introduction de la fMRI, d’importants progrès avaient pu être réalisés, apportant ainsi une meilleure capacité d’analyse et un diagnostic plus poussé. Cette technique présente toute fois des inconvénients, car la résolution de l’image reste faible et l’analyse ne peut se faire sur l’ensemble du cerveau, et notamment durant les événements transitoires tels que l’épilepsie. La découverte récente des équipes du CNRS et de l’Inserm permet désormais d’avoir une meilleure résolution, et de mener des analyses plus globales. Technique baptisée fUltrasound (ultrasons fonctionnels du cerveau), cette innovation en imagerie permet la détection des flux sanguins dans les très petits vaisseaux du cerveau, et d’analyser l’activité cérébrale par la variation de ces flux. Cette technique permettra dans un avenir proche de réaliser des examens jusqu’alors impossibles.

L’élastographie

Permettant l’analyse de l’élasticité des tissus, cette nouvelle technique est un dérivé de l’échographie. Moins nocive et plus précise, l’élastographie est une méthode novatrice qui a de l’avenir. De la même façon que l’échographie, des ondes d’ultrason sont utilisées, mais avec en complément, des ondes de cisaillement qui mesurent l’élasticité des tissus. Ce procédé permet ainsi d’obtenir une image précise admettant une analyse point par point. Essentiellement utilisée pour l’exploration du sein, cette nouvelle technique permet l’observation de la fonte des tumeurs sous l’effet de la chimiothérapie, et d’anticiper les interventions. En effet, avec l’élastographie les variations de volumes et de structures des tissus et lésions, peuvent être visualisées avec suffisamment de précision pour permettre une classification des tissus, et par la même occasion réduire le nombre de biopsies.

Notez




News les plus populaires