New York : sauvez la signalétique du métro !



Lundi 22 Septembre 2014

Le financement participatif a le vent en poupe. Entre des milliers d’initiatives, prototypes industriels, films, concepts en tous genres, c’est aujourd’hui au tour du métro new yorkais de tirer son épingle du crowdfunding.


New York : sauvez la signalétique du métro !
Il court, il court le métro. À New York, la charte graphique du métro date, non pas de Mathusalem, mais pas loin… de 1970. Autrement dit, la signalétique du métro de New York a pas mal vécu. Mais ce n'est pas le problème, c'est l'identité de la ville. En revanche, les exemplaires de la charte ont quasiment tous disparu. Aujourd’hui, pour la réimprimer, les habitants de la Grosse Pomme ont répondu en masse à la campagne lancée sur la plateforme de financement participatif, Kickstarter. Cette dernière a commencé le 10 septembre dernier. Elle doit durer un mois. Aujourd’hui, elle a déjà permis de rassembler la somme de 250 000 dollars en une journée !
 
Il s’agit de réimprimer le cahier des charges du métro de New York, devenu rarissime. L’un des exemplaires restants a ainsi été trouvé et sauvé de l’oubli il y a deux ans, par deux designers au fond d’une remise de l’agence de design Pentagram. Les auteurs de la trouvaille, les designers, Jesse Reed et Hamish Smyth ont alors décidé de la réimprimer. Et il y a de quoi faire : la charte, grosse de 364 pages détaille les panneaux du métro et leurs signalétiques. Elle contient par ailleurs, des dessins d’escaliers, de flèches, des indications de direction…
 
Surtout, le détenteur des droits de la charte, la société MTA, la Metropolitan Transportation Authority, a décidé que ce serait la dernière et unique réimpression. Du coup, les New Yorkais ont mis la main au portefeuille afin de préserver cette mémoire collective. En faisant cela de cette manière à la fois passionnée et généreuse, 500 000 dollars ont déjà été récoltés. De plus, les new yorkais érigent la charte graphique du métro en livre culte, car au passage, ils pourront recevoir un exemplaire à la maison… mais pas livré par un drone. Peut-être par un coursier qui prend le métro, qui sait ?

Notez