Quelles conséquences d’un licenciement ?



Jeudi 13 Mars 2014

Tant pour l’employeur que pour l’employé, le licenciement reste un exercice compliqué. Les conséquences sont importantes, tant du point de vue social que psychique, pour les employés de l’entreprise que pour le licencié.


Quelles conséquences d’un licenciement ?
Licenciement dans son environnement professionnel

En grande majorité, les conséquences sociales sont importantes. Il s’agit d’une rupture dans la vie professionnelle. L’employé ne va plus au travail. Il reste à la maison, cherche un emploi, rencontre d’autres personnes. Les employés peuvent être choqués en mettant une part importante d’empathie affective dans leurs réactions.

Il est donc important du point de vue humain de laisser la personne licenciée s’exprimer sur son licenciement. Dans la plupart des cas, elle ne dira pas de mal de l’entreprise, mais va plutôt mettre en avant des anciens collaborateurs. Il ne s’agit pas de faire un évènement festif qui serait fort déplacé, mais de marquer le moment, même triste pour dédramatiser.
C’est à l’employé de décider ce qu’il souhaite effectuer. Partir en mauvais termes reste préjudiciable à l’employeur compte-tenu de la crainte des prud’hommes, là où 80% des employés ressortent gagnants.

Risques émotionnels et sociaux

C’est le cas de Bérengère et Jérôme, jeunes quadragénaires qui ont tous deux été licenciés. Ils se retrouvent à rechercher ensemble, dans un même endroit : leur séjour autour d’un ordinateur. L’atmosphère devient vite étouffante. Leurs enfants sont inquiets, car ils comprennent touts petits comme grands que les rentrées d’argent seront plus compliquées.
Le couple est mis à rude épreuve. D’ailleurs, dans 70% des cas de licenciements en France, si le conjoint ne retrouve pas de travail dans les douze mois, la rupture est consommée et actée.

Par ailleurs, le Docteur Denis Roume, psychothérapeute spécialisé dans les couples, insiste lourdement sur le fait qu’ « il est courant qu’une personne qui perde son emploi, n’aie plus d’envie. Et notamment le tonus sexuel peut s’en retrouver fortement altéré ».

Risques psychiques

Ces ruptures dans la vie peuvent occasionner de grands bouleversements. Les pouvoirs publics en sont conscients, mais mettre en place de manière systématique un suivi psychologique s’avère bien improbable.
Les psychiatres seraient trop peu nombreux pour accompagner ces personnes. Les psychologues seraient également très utiles, mais la barrière économique peut dans la plupart des cas être fatale : ces spécialistes ne sont pas remboursés par l’assurance maladie. Il reste les coachs, mais ces spécialistes sont formés pour agir dans un milieu professionnel, et pas pour agir et soigner une pathologie.

Pour éviter une déprime, ou une situation de burn out, qui peut toutefois arriver, il est important de communiquer dans la sphère privée à propos du ressenti, des moments de mélancolie. Les entreprises devraient également aider les futurs licenciés en leur offrant un outplacement, un suivi psychologique et même un accompagnement pour occuper dans des loisirs privés dans un temps donné les « victimes ».

Ces dispositions ne sont pas prises en compte en France. En Scandinavie, la plupart des entreprises assurent un encadrement psychologique et offrent des séances de sport cérébral ou physique pour permettre au salarié licencié de bien accepter sa nouvelle vie.

Notez