Roule ma poule



Mardi 10 Février 2015

La poule est à la mode. Écologique, capable de recycler les déchets organiques comme aucun compost ne saurait le faire, elle fait fureur, même en ville...


Alors qu’Anne Hidalgo a décidé d’installer un poulailler, entre autres clapiers, dans le jardin de l’Hôtel de Ville à Paris, la poule fait fureur. Écologique, elle vous recycle illico tous les déchets organiques : en un an, elle est capable de recycler jusqu’à 150 kilos de déchets provenant de la cuisine. Ainsi, les gallinacés sont remis au goût du jour, même en ville.

« Il y a, à travers cet engouement énorme, un besoin de retour aux sources, une envie de renouer avec les gestes du grand-père ou de la grand-mère qui élevaient leur basse-cour à la campagne, le tout sur fond de crise économique et de prise de conscience écologique », explique au Figaro, Bruno Tiers, propriétaire de la Ferme de Beaumont en Seine-Maritime. Bruno Tiers est éleveur de poules, entre autres. Il propose même des formations aux futurs acheteurs.
 
Animal écolo donc. En ville, la poule est capable de débarrasser les terrasses de limaces et autres nuisibles : c'est un insecticide naturel très efficace. Mieux, ses déjections, « une fois compostées, donnent un formidable engrais bio, » dixit Marc Mennessier, journaliste au Figaro et ingénieur agricole. Vous en voulez encore ? Elle vous donnera de bons œufs frais, là encore 100% bio. Et là, le Bobo est tout simplement ravi.
 
Animal branché aussi. La poule était jusqu’à présent un animal rural. Elle devient, lit-on dans Le Figaro, « un animal d'ornement » ou « un animal d'agrément. » Aujourd’hui, la tendance gallinacé se précise : la poule devient l’apanage des urbains en mal de nature. Mais des citadins avec un peu de moyens tout de même. Car avoir des poules et un poulailler implique d’avoir au minimum, une terrasse. Au mieux, un jardin, ce qui n'est pas donné à tout le monde.
 
Pas question en effet de l’avoir dans son appartement ! Et si vous l'installez sur un balcon, il a intérêt a être de grande taille. La poule a besoin de vivre dehors... Et accompagnée. Seule, elle pourrait bien faire une petite dépression : elle a besoin de ses semblables pour vivre heureuse. Sinon, elle peut même développer des troubles du comportement, « agressivité, piquage » rapporte Le Figaro. Avant de se lancer dans un élevage sur sa terrasse, il faut bien réfléchir : la poule n’est pas un poisson rouge.

Notez




News les plus populaires