Silicon Valley, culte mortel de l’excellence



Lundi 4 Mai 2015

En Californie, dans la Silicon Valley, un pic de suicides touche les élèves des deux plus prestigieux lycées de Palo Alto. En cause, le culte de l’excellence et la surcharge de travail.


Silicon Valley, culte mortel de l’excellence
Palo Alto, ton univers impitoyable ? La Silicon Valley n’est pas une sinécure. On a déjà évoqué le sexisme ambiant qui règnerait dans les entreprises et start-up de la vallée californienne. Dernier fait avéré, certains lycéens scolarisés dans les meilleurs établissements de la région se sont suicidés. Une pression trop forte. La compétition et des exigences poussées à l'extrême. Trop de travail et ça craque. Le phénomène durerait depuis 2009. Mais de nouveaux cas sont venus étayer ce que le New York Times qualifie de « vague » , rapporte Le Figaro.
 
Depuis le début de l’année, trois lycéens de la Palo Alto High School, se sont jetés sous des trains régionaux. En 2009, un lycée concurrent, le Gunn High School avait tristement fait la une avec le suicide de cinq de ses élèves. En cause, l'immense pression exercée sur les lycéens de ces prestigieux établissements, les meilleurs des États-Unis. Idéalement, ils préparent l’entrée à l’université de Stanford, toute proche. Et plus tard, pourquoi pas, un premier poste chez un géant de l’Internet ou des nouvelles technologies ? Palo Alto est considéré comme le berceau de la Silicon Valley. La ville accueille les sièges de nombreuses entreprises technologiques et de l’Internet : Tibco Software, Hewlett-Packard... Les premiers bureaux de Facebook, de Google ou de Paypal y étaient installés...
 
Dans cette dramatique affaire, l’ultra-concurrence est pointée du doigt. Le Figaro cite les propos d’une lycéenne : « Nous ne sommes pas des adolescents. Nous sommes des corps sans vie dans un système qui engendre la concurrence, la haine et empêche le travail en équipe et l’apprentissage authentique. Nous sommes sans passion sincère. Nous sommes malades. » Le site Slate.fr rapporte quant à lui, l’information d’une chaîne de télévision locale : « ces 18 derniers mois, une quarantaine de lycéens ont été hospitalisés pour dépression et idées suicidaires. » Pour parer à de nouveaux suicides, la ville réfléchit à installer des caméras de surveillance, notamment près des voies ferrées. Bonne ambiance. Les responsables scolaires ont par ailleurs demandé aux enseignants de réduire la quantité de travail des élèves. Ah. Ouf. Enfin.
 
 
 
 
 
 
 

Notez




News les plus populaires