Sport ou alcool, il faut choisir



Mercredi 2 Septembre 2015

Il arrive parfois aux sportifs de très haut niveau de déraper, notamment de boire un coup de trop pour fêter leur victoire, ou leur défaite.


Pawel Fajdek
Pawel Fajdek
On pourrait imaginer les sportifs de haut niveau avoir des vies d’ascètes. C’est sans doute vrai dans la plupart des cas. Mais parfois, il y a des exceptions et des dérapages. Pour eux, c'est sans doute une façon de relâcher la pression. Fin août, aux Mondiaux d’athlétisme à Pékin en Chine, le Polonais Pawel Fajdek a remporté l’épeuve de lancer de marteau, conservant par la même occasion son titre. On dit bien saoul comme un Polonais ? Et bien, pour fêter sa victoire, ivre, il a payé le chauffeur de taxi qui le raccompagnait avec sa tocante, en or certainement.
 
Dans la même veine, en 2011, rapporte le quotidien Libération, le néo-zélandais Zac Guildford, tellement content d’avoir remporté la coupe du monde de rugby avec son équipe des All Blacks, s’est complètement lâché. Parti fêter sa victoire aux îles Cook dans l’Océan Pacifique, il finit, totalement ivre, par agresser une personne âgée. L’histoire ne s’est pas très bien terminée : il a pris sa retraite anticipée il y a deux ans, afin de soigner son penchant pour l’alcool. Le plus cocasse, ou le plus triste : en 2008, à Lausanne en Suisse, le sauteur en hauteur russe Ivan Ukhov, passe sous la barre complètement ivre à la suite d’une peine de cœur. Heureusement, quatre ans plus tard, il a redoré son blason en sautant à 2 mètres 38. Pour le coup, il est devenu champion olympique. Tchin.

Notez