Stress post-traumatique : le bon usage du Tetris



Jeudi 9 Juillet 2015

Quand le Tetris aide à soigner les symptômes de stress post-traumatique.


C’est fou, le pouvoir de certains jeux vidéos. Dans ce cas précis, il s’agit du cultissime Tetris, capable d’aider les patients souffrant de stress post-traumatique. Le Tetris, outre ses côtés addictif et récréatif, auraient aussi des ressources bienfaitrices. Des chercheurs de l’université de Cambridge en Grande-Bretagne, viennent en effet de publier les résultats d’une étude, dans la revue Psychological Science. D’après eux, le célèbre jeu vidéo de briquettes Nintendo aiderait les personnes atteintes de stress post-traumatiques, (PTSD) ou post-traumatic stress disorder, en Anglais.

Lorsque l’on souffre d’un stress post-traumatique, on revit sans cesse les évènements qui sont à l’origine du traumatisme, accident, agression... En gros, on est poursuivi par des souvenirs traumatisants qui surviennent à n’importe quel moment. C’est là où intervient Tetris. Il aiderait à repousser ces souvenirs envahissants et à les espacer. Comment ? Pour ce faire tout d’abord, les chercheurs britanniques ont travaillé avec une cinquantaine de volontaires. À ces derniers, ils ont induit des souvenirs traumatisants et intrusifs en les faisant regarder à plusieurs reprises des vidéos. Dans la seconde phase de l’étude, les chercheurs ont demandé à leurs « cobayes » de jouer au Tetris. Le fait de jouer avec des blocs de briques de tailles distinctes aurait un effet apaisant sur les joueurs. Mieux, cela leur permettrait de diminuer le nombre de souvenirs traumatisants, ainsi que leur fréquence.
 
Les scientifiques se sont appuyés sur une expérience plus ancienne. Cette dernière démontrait que jouer au Tetris dans les quatre heures suivant un événement traumatique, permettait de réduire la survenue de flash-back. Leur étude confirme donc ces résultats précédents. Mieux, elle prouve également qu’y jouer vingt-quatre heures après un accident, marche aussi. Tout cela inaugure une autre manière de soigner et de prendre en charge ces symptômes. Habituellement, les traitements commencent un mois après un événement traumatique, afin de poser un diagnostique sûr. Aujourd’hui, avec cette étude, on peut imaginer des « traitements préventifs qui puissent être donnés plus tôt » explique à 20 Minutes, Emily Holmes, une des auteurs de l’étude. Si les jeux de briques aident, on pourrait peut-être aussi essayer Minecraft ?

Notez




News les plus populaires